Éric Salvail dans l'embarras suite à une publication sur Facebook

De nouvelles révélations explosives

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le procès d'Éric Salvail a été extrêmement médiatisé, cette semaine, avec quatre jours de témoignages au Palais de justice de Montréal. On retiendra surtout les propos du plaignant Donald Duguay qui a raconté en détail l'agression présumée qui aurait eu lieu en 1993, et ceux d'Éric Salvail qui a nié en bloc, qualifiant les allégations de farfelues. Au passage, l'ex-animateur et producteur vedette a affirmé qu'il n'avait jamais agressé qui que ce soit et que si certains de ses propos avaient pu être mal interprétés, il n'avait jamais franchi la ligne.

« Pour moi je ne franchissais pas de ligne. Mais visiblement des personnes ne le considéraient pas comme tel », a-t-il notamment affirmé.

Au lendemain des quatre jours de procès, de nouvelles révélations ont été faites sur Facebook. Un homme nommé Sim Nadja, qui a notamment travaillé sur l'émission En mode Salvail, a publié sur Facebook ce qui semble être un extrait d'une conversation entre lui et Éric Salvail.

On peut y lire Éric Salvail dire: « Je suis circoncis. Toi? »

Et Sim Nadja de répondre: « Bon, j'suis pu ben. »

Et Salvail ajoute alors: « Tu as rien vu. »

Voici la publication que Sam Nadja a faite:

« Je suis attentivement son procès.
«Ces agissements-là, qui pour moi se voulaient friendly, n'étaient pas toujours reçus comme tel.»

No shit. »

Il est important de noter que ces propos sont pris hors contexte et qu'on ne connait rien de la nature de la relation qui lie les deux hommes.

Quoi qu'il en soit, la publication a rapidement généré de très nombreuses réactions, dont certaines venant de la part de personnes influentes dans le show business québécois. Voici certains commentaires laissés sous la publication:

« "Tu as rien vu". Pas "désolé", pas "fuck, je m'excuse", pas la moindre reconnaissance de tes limites. "Tu as rien vu". »

« Notre silence à tous, figés devant cette mascarade cruelle, où on reconnait chaque mot et chaque agissement de l'accusé pour en avoir été témoin, le voir mentir, voir le traitement réservé à la victime. Tout ça. Tout ça. Merci tellement. »

« Tu te tiens debout, j’aimerais te lever au bout de mes bras comme un cheerleader.
BRAVO. »

« Le cœur est pour toi qui a subit ça, pas pour le gros cochon ni les gens qui l’ont laissé agir pendant des années. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Facebook · Crédit Photo: En mode Salvail