Des accusations de sexisme envers François Legault génèrent tout un tollé

Toute l'histoire ici...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Peut-être avez vous vu passer cette controverse sur vos réseaux sociaux hier... Sur Twitter, des militantes féministes comme la chroniqueuse Geneviève Pettersen ont accusé le Premier Ministre de la province de Québec, François Legault, de faire preuve de sexisme lors de ses points de presse.

"Monsieur le premier ministre", écrit-elle. "Vous appelez souvent les femmes qui collaborent avec vous par leurs prénoms : Marguerite, Danielle, Geneviève, Valérie... Et on vous entend rarement utiliser les prénoms de vos collaborateurs masculins. Pourquoi?"

Des accusations à peine voilées de sexisme qui sont loin d'être passées inaperçues et qui ont été rapidement démenties par le montage vidéo d'une responsable des communications à la CAQ, que vous pouvez voir ci-dessous. 

Vous comprendrez qu'avec la tension actuelle qu'il y a dans l'air, les accusations de Geneviève Pettersen ont été accueillies avec beaucoup d'hostilités sur Twitter, au point où la chroniqueuse a demandé aux gens de lui donner un break en présentant ses excuses.

"La violence des commentaires et les insultes que je reçois depuis hier : c’est laid, très laid. J’ai questionné un enjeu d’égalité homme femme dans le discours du pm. Il s’avère que j’avais tort. Je l’ai d’ailleurs dit. Mais les insultes depuis sont révélatrices. Quelle violence." -Geneviève Pettersen, Twitter

La chroniqueuse est loin d'être la seule à avoir faussement accusé le PM québécois de sexisme. La militante féministe et docteure en histoire à l'UQAM Camille Robert a aussi tweeté un peu trop vite. 

"J'ai bien hâte du jour où François Legault appellera «Horacio» le Dr Arruda, comme il appelle par leur prénom toutes les femmes qui l'entourent dans les points de presse : Valérie, Marguerite, Danielle..." -Camille Robert, Twitter

Comme dans le cas de Geneviève Pettersen, la militante a reçu son lot d'insultes déplorables suite à ses accusations.

Définitivement, plusieurs sont dûs pour un break de réseaux sociaux...

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Twitter · Crédit Photo: Twitter