DERNIÈRE HEURE: Une conférence de Mathieu Bock-Côté annulée en raison de menaces

Nouvelle inquiétante

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
186 186 Partages

On apprend une nouvelle inquiétante, vendredi soir, alors que le Journal de Montréal rapporte qu'un événement littéraire auquel devait participer Mathieu Bock-Côté a été annulé en raison de menaces et d'intimidation sur les médias sociaux envers le chroniqueur, sociologue et auteur. C'est le 9 mai prochain que Mathieu Bock-Côté devait participer à une conversation intellectuelle avec le philosophe Louis-André Richard à la librairie montréalais Le Port de tête.

La librairie a pris la décision d'annuler l'événement, vendredi, après avoir reçu la visite d'agents du Service de police de la Ville de Montréal.

« Il leur semblait qu’il y avait beaucoup d’agitation, sur les réseaux sociaux, autour d’un événement à venir chez nous impliquant la présence, entre autres, de Mathieu Bock-Côté », a expliqué la librairie de l’avenue Mont-Royal dans un communiqué diffusé vendredi.

« Dans le brouhaha de cette agitation des derniers jours, diverses menaces inacceptables ont été proférées. [...] Au vu de la teneur de certains commentaires qui animent le fil de discussion, la librairie a donc décidé d’annuler l’événement. »

En entrevue avec Le Journal de Montréal, Mathieu Bock-Côté a affirmé: 

« J’ai l’impression qu’il y a une espèce de nouvelle gauche très radicale qui se donne le droit de donner des permis de parole ou de les retirer », déplore-t-il.

« Je ne dirais pas que ça me surprend, parce qu’on en voit de plus en plus. Mais c’est toujours étonnant de voir cela quand même arriver dans une société globalement paisible comme la nôtre. J’ai l’impression qu’une certaine mouvance se radicalise et fonctionne à l’intimidation et à la menace. Le véritable enjeu derrière cela, c’est qu’on assiste à une nouvelle forme de censure, une censure par la menace et par l’intimidation. »

Plus de détails à venir

Partager sur Facebook
186 186 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Facebook