Denise Bombardier récidive : cette fois, elle s'en prend à Justin Trudeau!

Elle ne mâche pas ses mots!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
3,739 3.7k Partages

Denise Bombardier est à l'avant-scène du monde médiatique québécois depuis quelques semaines. N'ayant peur de rien, la chroniqueuse fait autant jaser pour ses coups de gueule à la télé que pour ceux qu'elle se permet dans le Journal de Montréal, où elle tient une chronique régulière.

Après avoir visé les femmes voilées refusant de se soumettre au nouveau projet de loi sur la laïcité du gouvernement Legault il y a deux semaines, elle s'en prend aujourd'hui au premier ministre Justin Trudeau, qui a offert son pardon aux Juifs canadiens pour le triste épisode du paquebot MS St-Louis, qui contenait plus de 900 réfugiés et qui s'est vu refuser l'accès au Canada en 1939, au début de la 2e Guerre Mondiale.

Si Mme Bombardier se dit aussi attristé par cet événement sombre de l'histoire canadienne, elle semble plutôt tannée de voir le Premier Ministre Trudeau s'excuser...

"Loin de nous l’idée que ce pardon ne s’imposait pas", écrit elle. "Mais Justin Trudeau semble attiré par ces gestes politiques plutôt symboliques, qui lui tiennent lieu de gouvernance.Depuis qu’il est au pouvoir, le premier ministre a demandé pardon à plusieurs reprises aux autochtones, entre autres à ceux qu’on a arrachés à leurs parents pour les envoyer dans des pensionnats où ils ont été abusés sexuellement. En mars de cette année, il a inno­centé six chefs autochtones pendus il y a 150 ans par le gouvernement colonial de la Colombie-Britannique. Tout cela est honorable, mais ne fait pas de Justin Trudeau un chef de gouvernement."

Elle ne s'arrête pas là...

Celle qui a fait beaucoup réagir sur le plateau de Tout le monde en parle il y a 3 semaines se demande non seulement si les paroles de Justin Trudeau ne sont que des paroles, mais elle lui reproche aussi de ne pas s'excuser aux Québécois.

"Et à quand le pardon aux Québécois traumatisés par la Loi sur les mesures de guerre décrétée par son père en 1970?", demande-t-elle. "Les paroles et les larmes de Justin Trudeau ne s’appli­quent pas à toutes les causes, à l’évidence."

Finalement, la chroniqueuse controversée termine son coup de gueule en souhaitant que les Canadiens se débarrassent de Justin Trudeau, lui reprochant au passage la légalisation du cannabis et la dette fédérale.

"Multiplier les mots et les gestes de compassion n’est pas gouverner", dénonce Denise Bombardier. "C’est installer un écran pour masquer la vacuité qui se dégage du premier ministre, qui excelle dans les apparences plutôt que dans la substance. Nous verrons dans un an si le Canada préfère un premier ministre cool plutôt qu’un politicien qui pratique la rigueur. Ce premier ministre fier d’être le premier dirigeant d’un pays du G7 à avoir légalisé la consommation du cannabis ne semble pas alarmé par l’augmen­tation du déficit annuel deux fois plus élevé que celui annoncé en campagne électorale."

Et vous, êtes-vous d'accord avec Denise Bombardier? Que pensez-vous du bilan du gouvernement Trudeau, à moins d'un an des élections?

Partager sur Facebook
3,739 3.7k Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Facebook