Découvrez l'histoire rocambolesque du « pilote des stars » qui a coûté 30 millions de $ à Hydro-Québec

Une histoire à dormir debout

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
61 61 Partages

Le «pilote des stars», Normand Dubé, a été condamné, le 10 décembre dernier, à sept ans de prison pour avoir causé la plus importante panne d’électricité jamais vue dans la province. Son histoire complètement abracadabrante est l'objet d'un grand reportage réalisé par la journaliste Marie-Christine Noël et par la réalisatrice Ninon Pednault. Le reportage d'une heure est déjà disponible pour les abonnés du Club illico. Les deux femmes étaient de passage à l'émission de Denis Lévesque pour raconter leur démarche et nous rappeler les faits essentiels de cette saga judiciaire sans précédent. 

Normand Dubé, 56 ans, avait acquis le surnom de «pilote des stars» parce qu'il transportait de nombreuses vedettes québécoises. En décembre 2014, le pilote avait ciblé pour se venger des lignes électriques d'Hydro-Québec dans des attentats aériens qui ont privé d'électricité des dizaines de milliers de foyers en décembre 2014. Ce méfait a plongé 180 000 résidences du Québec dans le noir et a coûté 30 millions $ à Hydro-Québec. Même s'il a toujours clamé son innocence, Normand Dubé a finalement été reconnu coupable en décembre dernier. 

L'accusé aurait utilisé une certain «objet» afin de saboter les lignes d'Hydro en plein vol. L'«objet» en question ne peut pas être dévoilé pour des raisons de sécurité. Il a commis ces méfaits contre le réseau de transport d’Hydro-Québec à Mirabel, Brownsburg-Chatham et Went­worth, trois localités des Laurentides, au nord-ouest de Montréal. La façon dont le crime a été commis et l’ampleur des dommages ont fait de cette cause une première au Canada : ni la Couronne ni la défense n’ont pu trouver de précédent dans les archives judiciaires pour les aider dans leur suggestion de peine.

Le pilote, aussi inventeur et entrepreneur, en voulait profondément à Hydro-Québec à la suite d’un conflit sur le travail effectué par la société d’État sur un terrain qu’il possédait à Sainte-Anne-des-Plaines, au nord de Montréal. Selon l’accusation, M. Dubé a également attribué à Hydro-Québec ses ennuis avec le fisc.

Voici la bande-annonce du reportage: 

En plus d'avoir saboté les lignes d'hydro, l'accusé aurait également commandé des incendies criminels chez des fonctionnaires parce qu’il était «incapable de contrôler sa soif de vengeance» et se pensait «intouchable et à l’abri d’une enquête policière», comme avait plaidé la Couronne en février dernier. Ce deuxième procès n'est toujours pas terminé. Le juge devrait rendre son verdict le 27 mai.

Marie-Christine Noël a épluché quelques 4000 pages de documents de cour où étaient retranscrits les échanges du procès de Normand Dubé. Plusieurs passages avaient toutefois été caviardées parce que les informations qu'elles contenaient pourraient compromettre la sécurité nationale. C'est également pour cette raison que le procès de Normand Dubé s'est tenu à huis clos, ce qui a compliqué le travail des journalistes dans la couverture du procès. Mme Noël a donc fait de son mieux pour présenter la complexe histoire et surtout de montrer les deux côtés de la médaille.

«D’un côté, des gens se disent que ce gars-là est assez intelligent pour l’avoir fait. De l’autre, d’autres personnes soutiennent que c’est impossible de l’avoir fait comme ça. Même à ce jour, les gens autour de lui se posent encore des questions», explique la journaliste à Denis Lévesque. 

Pour en savoir plus sur l'affaire, vous pouvez visionner l'entrevue des deux femmes juste ici. Pour les abonnés du Club illico, vous pouvez voir le reportage juste ici.

Partager sur Facebook
61 61 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Journal de Montréal