Céline Dion se sent « trahie » après avoir perdu en cour contre ses anciens agents

Elle prévoit en appeler de la décision.

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Même si la vie sourit à Céline Dion dans plusieurs aspects de sa vie, la chanteuse a essuyé un revers après avoir perdu en cour contre Rob Prinz et ICM Partners, qui agissaient avant en tant que ses agents et agences artistiques, rapporte le magazine  7 Jours .  

Céline Dion se sentirait même « trahie ». Selon les médias américains Deadline et Variety, la Commission californienne du travail a tranché en faveur de ICM Partner. Ainsi, la chanteuse devra lui verser une indemnité en lien avec son contrat conclu en 2017 avec AEG, d'une valeur de 650 millions de dollars canadiens. Elle aurait alors encore été sous contrat avec ICM Partners lors de la signature de ce contrat, qui concernait ses concerts entre 2017 et 2026. 

La Commission a ainsi estimé que Céline Dion devra payer les sommes qui étaient prévues à l'entente, et ce, même si le contrat avec ICM Partners a été rompu en 2018. 

« Quand René était en vie, il s’occupait de toutes mes affaires et était toujours très juste envers les gens avec qui nous travaillions. Et c’est l’une des choses qu’il m’a transmises. Parce que René n’était pas là pour me défendre lors de l’audience, je sens que M. Prinz et ICM en ont profité pour faire des demandes abusives d’argent et pour révéler des informations confidentielles sur mon entente avec AEG. Je me sens trahie », a écrit la chanteuse dans une déclaration publiée par Deadline. 

Elle ajoute qu'elle a payé « plusieurs millions de dollars » à Rob Prinz au cours des années. « Je ne suis pas en train de dire que M. Prinz n’a rien fait, mais il ne mérite pas tout le crédit qu’il prend pour ma carrière. M. Prinz n’a jamais demandé à être payé pendant 10 ans pour quelques mois de travail, et je ne me suis jamais engagée à le faire », a-t-elle argué. 

L'avocat de Céline Dion a fait savoir dans une déclaration séparée qu'ils porteront la cause en appel et demanderont à un jury de trancher sur la question. 

« Même si l’accord (entre Céline Dion et AEG négocié par ICM et Prinz) est évalué 650 millions $, la Commission du travail a déjà traité de dossiers semblables, qui concernaient toutefois des montants beaucoup moins pharamineux. Devant ce genre de faits, nous avons toujours appliqué la règle selon laquelle advenant la fin d’une attente, une agence est généralement en droit de recevoir les arriérées prévus pour chaque contrat signé durant cette entente », est-il écrit dans le jugement, dont un extrait a été publié par Variety.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: 7 Jours · Crédit Photo: Instagram