Anick Lemay nous offre un nouveau texte bouleversant sur son cancer

À lire absolument

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
5,559 5.6k Partages

Anick Lemay récidive, ce mercredi, avec un nouveau texte absolument bouleversant sur toutes les épreuves à travers lesquelles elle passe depuis qu'elle a appris qu'elle avait un cancer du sein. La comédienne a complètement conquis le coeur du public québécois depuis cette tragique annonce, en publiant une série de chroniques où elle s'ouvre avec une candeur et une authenticité qui sont remarquables.

Cette fois, les nouvelles sont bonnes alors que la courageuse Anick nous confie que les résultats de ses prises de sang sont excellents. Son système immunitaire remonte et il lui reste de moins en moins de traitement de chimiothérapie à subir. Quelle excellente nouvelle pour la comédienne qui a complètement ému le Québec au cours des derniers mois.

Voici quelques extraits du texte qu'on vous invite fortement à lire en intégralité sur le site d'Urbania:

«Il est 3h du matin. Ma conscience s’éveille et les yeux toujours fermés, je sens une envie d’aller aux toilettes. Paresseuse en ce Jour 3 de chimio, j’ai juste une envie: rester là et me rendormir. Ma vessie peut attendre. Couchée sur le dos (as usual depuis 4 mois…), j’essaie de me tourner sur le côté droit qui, une fois sur deux, décide qu’il le veut bien. Ce faisant, j’ai une explosion de douleur dans tout le verso de mon corps, du cou aux mollets. J’absorbe, retiens mon souffle et me dis que c’est finalement ma vessie qui aura le dernier mot. L’éclair passé, je me lève…

Mon corps me lâche. Complètement. Il hurle de douleur. De partout. Debout à côté de mon lit, penchée par en avant, j’arrête tout mouvement. Qu’est-ce qui m’arrive? C’est comme si quelque chose avait pris possession de chaque partie de mon corps. De la plus mauvaise des façons. Je titube, claudique, name it, jusqu’à la toilette, par à-coups, le dos vouté, le visage contorsionné comme dans les nouveaux cours de yoga facial, mais en accéléré.

MON CORPS ME LÂCHE. COMPLÈTEMENT. IL HURLE DE DOULEUR. DE PARTOUT. DEBOUT À CÔTÉ DE MON LIT, PENCHÉE PAR EN AVANT, J’ARRÊTE TOUT MOUVEMENT. QU’EST-CE QUI M’ARRIVE?

Je suis assise à la table de la cuisine et je ne fais pas de bruit. Ma fille dort au deuxième. Je me berce d’avant en arrière, j’ai des frissons, la clim’ marche à fond, c’est l’été. J’ai à nouveau 12 ans et je grandis douloureusement fois mille. Mais mon papa ne viendra pas me frictionner dans sa robe de chambre de velours… J’ai quand même senti l’odeur du tabac et ses yeux doux sur moi. Les beaux souvenirs font ça, parfois.

Je suis restée assise là trois heures, hébétée. Les douleurs ont persisté trois jours. J’ai pus mal au cœur, mais j’ai mal au corps en sacrament. La fameuse nuit du troisième jour. Jus rouge ou jus blanc, ils fessent au même moment. Lequel je préfère, tu me demanderas? Le blanc. Parce que même s’il me fait souffrir très fort dans mon corps, il est moins insidieux que le rouge. J’aime la franchise, l’honnêteté et la vérité. Quoique ça puisse faire mal, tu sais à quoi t’attendre. Les gens relatent rarement une version des faits qui leur attribue le mauvais rôle. Le jus rouge colle parfaitement à cet adage. Fais ta job, jus blanc. Je t’accepte. Je te prends.»

Chapeau Anick pour ton courage et meilleure des chances pour la suite des choses! On a tellement hâte de te retrouver à l'écran. On te souhaite d'autres excellentes nouvelles pour les semaines à venir et même si on sait que ce combat n'est vraiment pas terminé, on est confiants qu'avec ta force de caractère et ta détermination, tu en viendras à bout de cette saleté de maladie!

Partager sur Facebook
5,559 5.6k Partages

Source: Urbania
Crédit Photo: Urbania