Anaïs Favron brise le silence «J’ai reçu cinq menaces de mort! Dont une d’un homme qui nommait mon quartier.»

Tous les détails à l'intérieur

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

On vous rapportait, mercredi, qu'Anaïs Favron semblait avoir fermé sa page Facebook, quelques jours après l'entrevue de Maripier Morin à Tout le monde en parle. Dans une entrevue accordée à Marc Cassivi et publiée jeudi matin dans La Presse+, l'animatrice s'est confiée sur le raz-de-marée de haine qu'elle a reçu au cours des derniers jours.

On a une autre triste preuve que ça va beaucoup trop loin. La haine véhiculée sur les médias sociaux est complètement démesurée et Anaïs Favron en est un autre exemple, elle qui n'a que posé des questions tout à fait légitimes à Maripier Morin, elle qui en était à une toute première apparition publique depuis les différentes allégations qui ont été portées contre elle depuis l'été dernier.

Déjà lundi, Anaïs Favron avait partagé sur sa page Facebook un exemple de message haineux reçu en privé, en confirmant qu'elle avait dû porter plainte à la police. On comprend mieux pourquoi aujourd'hui.

On vous suggère fortement de lire l'entrevue qu'Anaïs Favron a accordée à Marc Cassivi en intégralité, sur le site de La Presse.

Voici quelques extraits:

« Ça dépasse l’entendement. Je me suis fait suggérer de m’enlever la vie parce que j’étais trop jalouse de Maripier Morin ! » [...] Il y a des fans de Maripier Morin qui m’ont écrit pour me dire qu’ils trouvaient que j’avais été très correcte avec elle. C’est ce que j’essayais de faire. Mais il y en a plusieurs aussi qui m’ont trouvée méprisante. J’ai reçu cinq menaces de mort ! Dont une d’un homme qui nommait mon quartier. »

« J’ai commencé l’émission avec une joke sur les complotistes. Les complotistes ont répondu, évidemment. Je m’y attendais. Je sais qu’on vit un moment où les gens sont à cran. Mais ce n’était rien comparé à l’intensité des fans de Maripier Morin. Ils m’ont complètement fait oublier les complotistes. Ça va beaucoup trop loin. Si je suis obligée d’avoir de la protection policière ou de déménager parce que j’ai posé des questions à une animatrice de télé, c’est sûr que ça ne me tente pas. »

On ne sait plus comment le dire. C'est tout à fait correct d'être en désaccord, d'exprimer son opinion et d'argumenter. Mais Anaïs Favron n'a absolument rien fait qui mérite le traitement qu'elle reçoit depuis dimanche soir. La haine, les insultes et les menaces n'ont tout simplement pas leur place et toutes les personnes qui dépassent les bornes de cette façon méritent de vivre avec les conséquences de leurs gestes. Ce n'est pas correct de menacer quelqu'un ou de lui crier des insultes dans la vraie vie. Ce n'est pas plus correct sur le numérique, même si vous êtes derrière un écran.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Tout le monde en parle