À quelques jours de son opération à coeur ouvert, Paul Daraîche se confie

“C'est évident que j'ai peur...”

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,034 1.0k Partages

Dans quelques jours, Paul Daraîche subira une importante opération pour remplacer l'aorte et la valve de l'aorte de son coeur...

Aux prises avec des ennuis cardiaques (douleurs à la poitrine) depuis un bon moment, le chanteur n'avait aucune idée qu'il devrait passer par ce processus mais les médecins ne lui ont pas laissé beaucoup de choix.

En entrevue au magazine La Semaine, Paul Daraîche s'est confié sur cette épreuve qui l'attend.

"Je suis entre bonnes mains", confie-t-il. "Je suis à l'Institut de cardiologie de Montréal. Je suis avec les meilleurs. C'est évident que j'ai peur, mais c'est normal. Je ne suis pas si inquiet. Mon chirurgien doit faire 200 opérations du genre par année. Sans dire que c'est banal pour lui, j'ai bien vu que ça ne l'énerve pas outre mesure. Il se fait rassurant. Il me dit que je suis encore jeune, relativement en bonne santé et qu'une fois mon coeur réparé, je serai en mesure de vivre plus longtemps."

Mais le chanteur ne s'en cache pas, ces moments d'angoisse peuvent être difficiles à vivre...

"Disons que c'est un mauvais quart d'heure à passer", explique Paul Daraîche, qui comprend toutefois que cette opération est essentielle.

"De toute façon, je ne serais pas allé bien loin sans cette opération", lance la populaire star du country. "Je commençais à être au bout de mon souffle. J'étais plus fatigué et, en tournée, j'avais un peu de misère. Ça ne pouvait plus continuer comme cela c'est certain, je me doutais bien qu'il y avait quelque chose."

Le chanteur avoue aussi avoir fait comme beaucoup d'hommes souffrant d'un mal quelconque en retardant le plus possible sa visite chez le médecin.

"Je me disais que ça ne pouvait pas être si grave", explique Paul Daraîche. "Mais en fait, lorsque j'ai appris la nouvelle, j'avais déjà une idée... C'est de naissance. Je ne suis pas devenu cardiaque avec le temps : c'est un défaut de fabrication. J'ai toujours vécu avec ce problème, mais il a fallu tout ce temps avant qu'on s'en aperçoive."

Heureusement, Paul est très bien entouré et il pourra compter sur l'aide et l'amour de ses enfants, ainsi que de celle de sa femme, qu'il qualifie de "meilleure infirmière du monde". On pensera très fort à lui dans les prochains jours!

Partager sur Facebook
1,034 1.0k Partages

Source: La semaine
Crédit Photo: Facebook