À 92 ans, Janette Bertrand parle ouvertement de bisexualité

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
546 546 Partages

Bien que Janette Bertrand soit maintenant âgée de 92 ans, rien ne l'arrête, et surtout pas des sujets tabous. 

L'écrivaine parle ouvertement de bisexualité dans son nouveau roman intitulé Avec un grand A

« J’ai cinq arrière-petits-enfants et j’ai enseigné pendant 20 ans aux jeunes. Je sais que la bisexualité, c’est quelque chose que les gars adorent, parce que c’est un fantasme. Mais ce qu’ils haïssent, c’est qu’il y en ait un des deux qui profite de tout... Pourtant on n’est pas plus hétéro ou bisexuel parce qu’on le veut » - Janette Bertrand, Journal de Montréal.

L'histoire est celle d'Ariane et Simon, un couple dans la quarantaine, qui vivent en banlieue avec leurs deux enfants. Ils ont tout ce qu'il faut pour être heureux, du travail, une belle maison et ils font même des activités.

Toutefois, le couple se bute à l'arrivée de Larry. Un représentant qui fait perdre la tête à Simon. Infidélité, remise en question et... Bisexualité sont au rendez-vous. 

Janette Bertrand a fait six mois de recherche pour comprendre le phénomène. 

« Ce ne sont pas des jeux d’un soir ou un trip pour essayer... C’est un besoin inné de tomber amoureux, comme Simon, dans mon livre. Mes experts m’ont dit que ces gars-là aiment leur femme pour vrai, mais leur femme, c’est une autre affaire. Ils ont pensé qu’ils étaient hétéros... mais ils avaient des tentations, comme Simon en a, dans le livre. » - Janette Bertrand, Journal de Montréal.

Janette est très stressée de voir la réaction des lecteurs: 

« La seule peur que j’ai, c’est que les gens disent : “Ah, c’est un livre sur la bisexualité... c’est plate...” de peur d’aller voir dans leur intérieur. De peur de confronter des choses. » - Janette Bertrand, Journal de Montréal.

Et bonne nouvelle: Janette Bertrand a déjà deux autres projets de livres en cours de production! 

« J’ai peut-être l’impression que, comme ça, la mort ne m’aura pas. Ça se peut ben : elle est pas là. Elle est occupée ! C’est fou de penser ça, parce que je vais mourir... mais j’aime tellement ça vivre! » 

On vous adore Madame Bertrand! L'aimez-vous autant que nous? 

Partager sur Facebook
546 546 Partages

Source: Journal de Québec
Crédit Photo: Journal de Québec