Le groupe Les Colocs au coeur d'une bataille juridique pour pouvoir garder son nom

Le frère de Dédé Fortin demande une injonction

Publié le par Monde de Stars dans Les Stars du Web
Partager sur Facebook
75 75 Partages

Le groupe Les Colocs constitue certainement l'un des groupes de musique les plus emblématiques du Québec, avec plusieurs chansons qui sont maintenant imbriquées dans le folklore québécois. Fondé en 1990 à Montréal, le groupe a connu un grand succès tout au long de sa carrière, jusqu'au jour fatidique du 8 mai 2000, lorsque le chanteur Dédé Fortin s'est enlevé la vie, accablé par la dépression et aux prises avec des tourments existentiels. 

Près de 20 ans plus tard, un conflit juridique vient ternir l'héritage laissé par le groupe. Ce conflit qui date de plusieurs années a resurgi dans les dernières semaines, selon ce que rapporte le HuffPost Québec. Le différend oppose le frère d'André «Dédé» Fortin, Réal Fortin, au guitariste des Colocs Michael Sawatzky, qui est également compositeur et auteur de plusieurs chansons du groupe. 

Le débat tourne autour de l'utilisation de la marque de commerce «Les Colocs». Depuis plusieurs années, la propriété des droits et de la marque est passée à Gestion Solodarmo, une entreprise possédée par les frères et soeurs de Dédé et présidée par Réal Fortin. Mike Sawatzky s'était adressé à la cour en 2011 afin de régler un conflit sur les droits d'auteurs et l'utilisation de la marque. Ce premier chapitre s'était soldé par une entente hors cour, selon laquelle la succession d'André Fortin octroyait une «license d'utilisation» à Sawatzky pour qu'il puisse utiliser le nom lors de spectacles hommages, moyennant certaines conditions.

Or, Réal Fortin accuse maintenant Sawatzky et le tromboniste Benoit Gagné, qui agit maintenant comme producteur de spectacles, de ne pas avoir respecté les termes de l'entente lors d'une quinzaine d'événements organisés entre 2014 et 2019. Il affirme avoir révoqué la licence octroyée en 2011. Il s'adresse maintenant à la Cour supérieure pour obtenir une injonction afin d'empêcher Sawatzky d'utiliser le nom des Colocs, à moins de négocier une nouvelle entente de licence.

Contacté par le HuffPost Québec, Mike Sawatzky dénonce le harcèlement dont il est victime de la part de Réal Fortin depuis plusieurs années. «Il harcèle tout le monde qui faisait partie des Colocs. [...] Quand il a vu qu'il pouvait faire de l'argent avec ça, il est allé chercher les droits d'auteur», dit-il. «Il en veut toujours plus. Il pense que c'est lui, les Colocs», ajoute le musicien.

M. Sawatzky accuse M. Fortin de chercher une nouvelle entente sous de faux prétextes. Il a affirmé qu'il se défendrait vigoureusement pour garder la licence qu'il a obtenue en 2011.

En regardant cette triste histoire qui semble motivée par la cupidité, nous avons simplement envie de dire: «Laissez les légendes reposer en paix» 

Partager sur Facebook
75 75 Partages

Source: Hollywood PQ
Crédit Photo: Facebook