Les bouleversantes confidences de Véronique Bannon sur sa tentative de suicide et son anorexie

Toute l'histoire à l'intérieur...

Publié le par Monde de Stars dans Critiques
Partager sur Facebook
624 624 Partages

Véronique Bannon, dans le cadre d'un dossier spécial du Huffington Post sur la santé mentale, s'est confiée à propos de ses problèmes passés qui ont mené à des intentions suicidaires.

Dans cette entrevue livrée à coeur ouvert, elle avoue d'emblée avoir connu des épisodes difficiles, très tôt dans sa vie, mais que c'est la naissance de son fils qui a amené la situation au point critique: «J'ai l'impression que j'ai très tôt eu des épisodes dépressifs. Avec le recul, je me rends compte que j'ai fait mes premières crises de panique très tôt. Mais l'élément déclencheur, ça a été la naissance de mon fils, le 19 juillet 2008. Mes critères étaient très, très hauts. En haut des nuages. Je me disais qu'il fallait que je sois une bonne mère, que tout fonctionne bien. Les souvenirs de mon enfance et mon adolescence revenaient. Je projetais ça sur mon fils... Et pouf, j'ai craqué.»

Les idées noires sont venues rapidement ensuite: «Je me suis dit que je ne serais jamais une bonne mère, jamais une bonne personne. C'était la déchéance. J'avais de la difficulté à me lever le matin et à avoir le goût de vivre. Je ne savais pas si ça valait la peine. J'avais le mal de vivre. Mais je me disais: je vais m'en sortir toute seule. Tout le monde passe au travers, je suis une grande fille.»

Le 24 septembre 2010, l'actrice a décidé que c'en était trop et a décidé de passer à l'acte: «Milan était parti avec son père pour faire quelques courses. Je me suis dit: c'est fini. J'ai commencé à écrire des lettres à mon fils. Pour lui dire qu'il méritait mieux que moi. Je me disais que Milan est trop merveilleux pour que je sois sa mère. J'avais écrit à Marc-André de se trouver quelqu'un de plus lumineux...»

Heureusement pour Véronique, son fils et ses proches, l'actrice a appelé son frère avant de commettre l'irréparable: «Très vite, la police et les ambulanciers sont venus cogner à ma porte. Marc-André et Milan sont arrivés 5 minutes plus tard. En entrant dans l'ambulance - en voyant mon fils dire mon nom en pleurant - j'ai réalisé que ce que je venais de faire n'avait aucun sens.»

Pour voir l'entrevue complète de Véronique Bannon, vous n'avez qu'à cliquer sur l'image ci-dessous menant au reportage complet du Huffington Post:

Photo: Instagram/HuffPost
Partager sur Facebook
624 624 Partages

Source: HuffingtonPost