Guillaume Lemay-Thivierge brise le silence sur la controverse entourant Louise Sigouin à Si on s'aimait

Il a pris sa défense

Monde de Stars

Au printemps dernier, Louise Sigouin était dans l'eau chaude après la sortie d'un article dans Le Devoir, où des candidats de Si on s'aimait avaient fait une plainte à l'Ordre professionnel des sexologues du Québec. Si on a su deux semaines plus tard que Louise Sigouin se retirait de l'ordre, il aura fallu plus de temps à TVA et à Guillaume Lemay-Thivierge pour commenter l'affaire. C'est maintenant chose faite, rapporte Showbizz.net

« Pour nous, ça n'a rien changé. Louise a continué à faire le même travail. Nous, nous n'avions rien à reprocher, ni à la production, ni à Louise. Nous nous sommes assurés que Louise était bien là-dedans et que les participants - parce que nous étions en cours de tournage - étaient bien aussi. On a expliqué la situation aux gens et tout le monde a continué l'aventure malgré tout. Il n'y a pas eu d'enjeux. Louise s'est retirée de l'Ordre des sexologues, donc elle avait plus de liberté », a expliqué le vice-président aux contenus originaux chez Québecor Contenu, Denis Dubois, en entrevue avec Showbizz.net.

« Ce qui a porté à confusion dans les gens qui ont porté plainte (et la plainte, nous ne l'avons jamais eu d'ailleurs), c'est l'oreillette, mais on fait de la télévision, donc tous nos animateurs ont des oreillettes. C'est peut-être la mauvaise perception, les gens croyaient qu'on lui dictait quoi dire. Sinon, après ça, c'est un docuréalité. Donc, quand on accepte de passer là-dedans, ça se peut que parfois on ne soit pas fier de [ce qu'on y voit]. Mais, pour nous, on est très fier de ce produit-là, il marche très bien, on reçoit beaucoup de commentaires positifs des gens du public. Il y a eu beaucoup plus de positifs que de négatif. Mais, c'est l'être des réseaux sociaux.... », ajoute-t-il.

Guillaume Lemay-Thivierge a également dit ce qu'il pensait que la controverse. « On a envoyé un texto ou deux à Louise, pour lui dire "tu traverses une petite période, je sais c'est quoi, fais-toi en pas, tu vas ressortir gagnante de ça". C'est une personne exceptionnelle, qui a aidé tellement de monde. C'est très typique de l'humanité en général. Quelqu'un qui arrive, qui sort un peu trop du lot, si tu sauves quelqu'un, tu te sens bien. Mais si tu dépasses un peu trop, par ta brillance, par son éloquence, par une humanité déboussolante que tu n'as peut-être pas toi dans la vie, on sort les crocs », a-t-il dit. Il est bien placé pour parler, lui qui a lui-même connu une période sombre quand La Presse a révélé son statut vaccinal, l'automne dernier. 

« Je suis content de ce qui s'est passé pour elle parce que, à mes yeux, ce n'est que mon opinion, elle s'est libérée. C'est une femme qui fonctionne avec un background, une expérience et avec un instinct du tonnerre. Des fois, d'être dans un cadre, l'instinct est obligé de se tasser un peu », a-t-il ajouté.