Dur lendemain de veille pour Céline Dion...

Ouch!

Publié le par Monde de Stars dans Critiques
Partager sur Facebook
1,289 1.3k Partages

Maintenant la folie et la fête entourant le lancement passées, Céline Dion peut se pencher sur les critiques de son nouvel album... Si la plupart de nos critiques québécois ont accueilli plutôt favorablement le dernier album de Céline, ce n'est pas tout à fait la même chose en France, où une critique du réputé Nouvel Observateur fait beaucoup jaser.

Il faut dire que rarement avons-nous vu une critique aussi sans pitié, et ce, dès les premières lignes:

"L'album n’est pas particulièrement long : douze chansons, dans sa version "pour les pauvres", quinze pour l’édition "Deluxe". Pourtant son écoute est aussi interminable qu’ennuyeuse. Longues comme les derniers jours d’école avant les vacances, comme Noël quand on espère ses cadeaux" lance d'emblée Sophie Delassein, critique musical du célèbre média français.

Et ça ne fait que commencer, elle qui enchaîne en décernant un carton jaune de mauvais goût à Jean-Jacques Goldman: "La mort a du bon, parfois. On le retrouve dans la chanson nécrologique, "Encore un soir", que Jean-Jacques Goldman a eu le bon goût d’écrire du vivant de Réné Angelil, en prévision de sa disparition. Elle donne son titre à l’album et le porte : c’est ce qu’on entendra de moins pire"... De moins pire, ouch!

Et n'allez pas croire que la critique française a apprécié le "remake" de la chanson Ordinaire de Charlebois et Mouffe: "Qu’est-ce qui a pu leur passer par la tête pour qu’ils massacrent leur propre chanson, pour qu’ils en fassent, de leur propre volonté, un pastiche à la gloire de Céline Dion ? On entend des niaiseries du genre : "Vous me voyez comme une déesse/Je suis une femme, pas une princesse."

Bon... Ce n'est pas la première critique assassine ni la dernière, mais celle-là est particulièrement virulente...

Alors dites-nous, ceux qui ont acheté l'album, avez-vous une critique plus constructive à nous faire? :)

Partager sur Facebook
1,289 1.3k Partages

Source: Nouvel Observateur
Crédit Photo: Keystone