Anaïs Favron génère un malaise avec Roy Dupuis à Tout le monde en parle

Même Guy A. Lepage s'en est mêlé

Monde de Stars

Alors que Roy Dupuis venait avec Ève Landry parler du sujet sérieux de la violence conjugale et de leur rôle dans la nouvelle série À coeur battant sur le plateau de Tout le monde en parle, Anaïs Favron n'a pas hésité à y aller d'une blague qui a généré un malaise chez le comédien. 

L'entrevue plutôt sérieuse a toutefois démarré sur un malaise cocasse.

« Roy, Anaïs est très énervée de te voir ce soir », a d'abord déclaré Guy A. Lepage.

« C'est comme tu m'avais dit, Guy, c'est une personne normale ! », à enchaîné Anaïs Favron.

« Ouais, c'est pas mal ça », a répondu Roy Dupuis, un peu gêné.

« J'ai déjà eu un coton ouaté de toi », enchaîne celle qui était dans le siège du fou du roi.

« Ok... », a réagi la tête d'affiche d'À coeur battant, sans trop savoir quoi dire d'autre.

« Tu ne l'as pas mis ce soir, Anaïs ? », a ensuite demandé Ève Landry, entrant dans la conversation.

« Je ne l’ai plus. Malheureusement la vie m’a séparée de ce chandail ! », s'est désolée Anaïs Favron.

« Quelle couleur ? » demande Roy Dupuis.

« Il était blanc, mais tu étais dans une chute à Saint-Tite-de-Champlain. Mais bon... », raconte Anaïs Favron alors que Roy Dupuis fait un sourire gêné.

« Heille, ça, ça met Roy à l'aise, il aime ça, ces anecdotes-là ! », renchérit Guy A. Lepage.

« ROY! Regarde-moi. Occupe-toi pu d’elle... », a ensuite encouragé l'animateur.

Voyez ou revoyez toute la scène en cliquant sur le lien ci-dessous, juste avant l'entrevue. 

Sur la série À coeur battant, Roy Dupuis a expliqué que le sujet de la violence conjugale était important et qu'il fallait en parler. Le comédien a par ailleurs abordé la violence qu'il a lui-même subie étant jeune. 

« Il faut accepter que la violence est un trouble, une maladie. Si on ne s'occupe pas de cette maladie-là, elle se répand. J'ai connu la violence conjugale. J'ai eu un père violent. J'ai été battu, il battait ma soeur, mon frère et ma mère. Le plus traumatisant, c'est quand il battait ma mère. C'est quelque chose que je connais, c'est un sujet que je connais », a-t-il raconté. 

« Je pense que, moi, personnellement, j'ai réussi à m'éloigner de lui, mais aussi grâce à lui. Parce que lui, mon père, tout ce qu'il connaissait, c'était ça. C'est comme ça qu'il a été élevé. Et même pire que ça. Quand j'ai appris qui était le père de mon père, à travers la psychanalyse, j'ai aussi appris à comprendre mon père et le chemin qu'il a fait par rapport à son père. Pour moi il y a quelque chose d'exceptionnel là-dedans, c'est comme s'il m'avait libéré », ajoute Roy Dupuis.

Rappelons qu'en janvier dernier, Roy Dupuis s'était déjà confié au Journal de Montréal sur son rôle dans la nouvelle série écrite par Danielle Trottier et sur la violence qu'il avait subie dans sa jeunesse. 

Il a entre autres raconté qu'il avait été victime de violence de la part de son père et qu'il avait fait une longue psychanalyse pour s'en sortir. 

« J’ai eu un père violent, donc j’ai connu ça dès ma naissance, ça a fait partie de ma vie. J’ai passé toute mon enfance à "dealer" avec un homme qui était blessé, qui avait un problème de violence. Les statistiques sont claires: 50 % des enfants battus vont battre leurs propres enfants », avait-il alors expliqué à l'Agence QMI. 

« Je ne suis pas quelqu’un de violent, je ne me suis jamais vraiment battu. À l’époque où j’étais avec Céline [Bonnier], on pensait peut-être fonder une famille, et donc c’est une des raisons pour lesquelles je suis allé en psychanalyse, pour l’alcool et aussi parce que j’étais au courant des statistiques », avait-il ajouté.

En attendant, voyez la bande-annonce de l'épisode de mardi :

Articles recommandés: